« L’incident »

L'histoire du Komagata Maru est beaucoup plus qu'un « incident » isolé. Elle reflète une politique d'exclusion délibérée adoptée par le gouvernement canadien pour exclure les ethnicités qu'il jugeait inaptes à s'installer au pays. Ces justifications étaient ancrées dans des perspectives racistes et ethnocentriques de « progrès », de « civilisation » et « d'aptitude » qui étayaient l'idée que le Canada devait demeurer « le pays de l'homme blanc ».

Le 23 mai 1914, un vaisseau bondé d'immigrants arrivait de Hong Kong dans les eaux de l'inlet Burrard à Vancouver, sur la côte ouest du Dominion du Canada. Il transportait 376 passagers, dont la plupart étaient des immigrants du Punjab, un territoire britannique de l'Inde. Les passagers, des sujets britanniques, défiaient le règlement du passage sans interruption, qui stipulait que les immigrants devaient arriver du pays où ils étaient nés, ou de citoyenneté, par le biais d'un passage sans interruption et avec des billets de correspondance achetés avant le départ du pays de naissance ou de citoyenneté. Le règlement avait été mis en vigueur en 1908 pour réduire l'immigration indienne au Canada. Par conséquent, les autorités ont refusé l'autorisation d'accoster au Komagata Maru et seuls vingt résidents canadiens qui rentraient au pays, ainsi que le médecin du navire et sa famille, ont été autorisés à entrer au Canada. Après deux mois d'impasse, le navire fut escorté hors du port par l'armée canadienne le 23 juillet 1914 et fut obligé de rentrer à Budge-Budge, en Inde. Dix-neuf passagers furent tués par balle lorsqu'ils ont débarqué du navire et plusieurs autres ont été faits prisonniers.